Joël Aviragnet

Bonne année 2018 !

Bonne année 2018 !

Notre campagne de 2017 a rassemblé, tels de petits ruisseaux, une bonne part de ce qui incarne aujourd'hui l'esprit civique sur notre territoire. C'est donc avec un très fort sentiment de gratitude, qu'en ce début d'année, je veux exprimer mon profond respect à toutes celles et ceux qui sont engagés pour "notre pays".

Engagés, au-delà de nos frontières ou au bout de la rue, pour la sécurité et la paix, engagés pour faire grandir nos enfants et prendre soin du fragile de nos vies, engagés par leur travail dans de multiples entreprises créatrices de valeurs et de liens... Merci à tous ces "premiers de cordées" qui, sans être mus par la gloire ou l'appât du gain, sont les figures invisibles du courage et de l'engagement!

Pendant ces 6 derniers mois, nous avons creusé des sillons, semer des graines...Ce semestre intense , notre détermination à faire gagner le Comminges et le Savès, ces engagements concrets pour défendre nos valeurs et notre territoire rural et de montagne, aussi importants soient-ils, n'épuisent pas les questions qui nous traversent.

Nous n'avons pas fini d'analyser la portée du grand chamboule-tout politique français, sa part de promesses et d'illusions...Pour voir clair, il faut savoir prendre du champ. Regarder presque partout en Europe la relégation de l'idéal social-démocrate et observer, dans le même temps,l'émergence de la question des "communs" comme antidote au sentiment d'épuisement que suscite l'individualisme libéral.

Quel peut être le sens du progrès dans un monde fini ? Quel rôle pour l'État de droit et pour l'Europe dans la globalisation ? Quels droits et devoirs de l'individu dans le commun de la société ?

Une seule planète - une seule vie. Ni la société marchande, ni les vieux partis, ni aucun homme providentiel n'apporteront de réponses "magiques" aux questions qui habitent nos concitoyens. Alors, il nous faut à nouveau découvrir, rencontrer, déchiffrer le monde à hauteur d'homme : faire de la politique ! Oui,vivre la politique comme le premier des partages, celui de la parole, du savoir et des convictions.

Être des démocrates et radicalement humaniste …
En somme, que la politique ne soit plus une religion continuée, qu’elle devienne politique au sens où elle serait indissociable de l’ampleur éducative, qu’elle délaisse enfin la fascination pour l’idole-pouvoir

Être radicalement humaniste au sens d'Olivier Abel : " La citoyenneté que nous cherchons tient d’abord à la faculté précieuse de dire "nous ", elle ne se bat pas seulement contre les injustices, mais contre les humiliations qui rongent plus profondément encore la société : l’humiliation d’être inutile et inemployable, l’humiliation d’être soumis sans avoir rien à dire ni à faire, l’humiliation de n’avoir plus aucune foi en rien. Etre citoyen, c’est détester cette triple-humiliation, et tout faire pour en rompre le maléfice".

En ce début d'année 2018, je forme le vœu que nous soyons des passeurs pour la génération qui vient, inventeurs de transitions heureuses et mutuellement garants d'une éthique de la vie publique.


Publié le 01/01/2018